Le soin de toucher

 

Appel à communication

 

Colloque du 2 juin 2022

Argumentaire 

Le toucher, qu’il soit technique ou affectif, engage les individus dans une dynamique relationnelle. Au cœur du soin, il est indispensable à la réalisation des techniques de l’ordre du cure, tout en engageant une relation thérapeutique bienveillante de l’ordre du care. Dans certains cas, comme dans les thérapies manuelles ou dans l’utilisation du toucher thérapeutique, il est lui-même le soin. Il peut également prendre la forme d’autosoin, dans une relation à soi. Dans d’autres cas, comme dans la correction de postures en éducation physique, c’est le soin apporté dans la régulation du contact qui prédomine. Cette rencontre des corps engage à la fois une activité physiologique particulière et une lecture psychosociale propre à sa configuration. De l’analyse du toucher dans les techniques de soins, au toucher comme thérapie, jusqu’au souci de l’autre dans l’interaction tactile, ce colloque propose une investigation interdisciplinaire du toucher sous ces différentes formes.

 

Sous l’impulsion de l’Evidence Based Medicine (EBM), la recherche se penche de plus en plus sur l’efficacité des thérapies non médicamenteuses. Le soin par le toucher doit désormais s’appuyer sur des preuves, et soulève une multitude de méthodologies. D’autre part, les gestes techniques et professionnels font désormais l’objet d’une analyse dans une visée à la fois didactique et formative. L’enjeu est important pour délivrer les médecines douces de l’effet placébo, mais pose aussi l’évaluation épistémologique des formations et des modélisations des pratiques dans leurs emprunts aux travaux des pionniers, comme Adjoa Domelevo. Ce colloque a donc pour but d’illustrer la diversité des approches, en matière de méthode et de cadre théorique, à l’image de la pluralité des disciplines qui prennent le toucher pour objet d’étude.

 

De la recherche de preuve découle la formulation des bonnes pratiques. Grégory Ninot et son équipe (2019) proposent d’ailleurs une plateforme d’évaluation des interventions non médicamenteuses selon les critères suivants : « La seule façon de distinguer les bonnes interventions non médicamenteuses des mauvaises, c’est de se fonder sur des études rigoureuses, les essais cliniques et les méta-analyses (l’analyse d’une série d’études, NDLR). Avec au moins un essai clinique qui démontre un réel bénéfice pour une étude comparant des groupes d’au moins 30 patients. Pour les solutions proposées ici, on est systématiquement sur plusieurs essais cliniques et au moins une méta-analyse pointant des convergences de résultats ». Le niveau de preuve est aujourd’hui un critère fondamental dans l’élaboration des recommandations des bonnes pratiques. Ainsi l’analyse des pratiques de terrains constitue un autre enjeu de ce colloque.

Axes thématiques :

  1. Toucher dans le soin :

Cet axe regroupe les contextes de soin impliquant le toucher tant dans l’alliance thérapeutique, que dans l’adaptation des gestes techniques. Ex : le toucher dans les soins infirmiers, le contact physique dans les manipulations et mobilisations ostéopathiques.

  1. Le toucher comme soin :

Cet axe regroupe les techniques dans lesquelles le toucher est l’élément principal du soin. Ex : thérapies manuelles, touchers contenants en relaxation, automassages.

  1. Prendre le soin de toucher :

Cet axe s’oriente vers l’analyse des attitudes et des interactions de contact en situation pédagogique. Ex : l’apprentissage du geste technique vers le toucher thérapeutique, le contact dans correction de posture, la guidance physique en danse.

Soumissions : 

·       Qui peut soumettre ?

Chercheurs de toutes disciplines, cliniciens et professionnels de terrain

·       Quel document soumettre ?

Un résumé anonyme en français ou en anglais de 200 mots maximum, associé à au moins 5 références bibliographiques. Vous présenterez sur un autre document, le(s) nom(s) du(des) auteur(s), leur adresse mail de contact et leur affiliation.

·       À qui soumettre ?

Bernard.andrieu@u-paris.fr et Agostinucci.recherche@gmail.com

Date limite de soumission : 15 avril 2022

Format des communications : 

Le colloque sera organisé sous un format hybride présentiel-distanciel, le 2 juin, à l’Institut des Sciences du Sport Santé de Paris, 1 rue Lacretelle à Paris. La présence physique des intervenants est recommandée (sous réserve d’adéquation avec les normes sanitaires en vigueur). Chaque présentation aura une durée de 30 minutes : 10 à 20 minutes sont dédiées à la présentation des travaux, et sont suivies de 10 minutes de questions-réponses.

Colloque organisé par : 

L’Institut des sciences du Sport-Santé de Paris (URP 3625)

Le Master Staps Parcours APAS (PAPASN, APA3S, VHMA)

 

En partenariat avec :

CIDO Saint Etienne

IRF’O Institut de Recherche France Osteo

Come Collaboration Osteo

2LPN Laboratoire Lorrain de Psychologie et Neurosciences de la Dynamique des Comportements

OIPR organisation internationale de psychomotricité et de relaxation

SFPS Société Francophone de Philosophie du Sport

 

Comité d’organisation

Erwann Jacquot, doctorant et Ostéopathe1,2

Marie Agostinucci, attachée temporaire de recherche et d’enseignement et Psychomotricienne3

Juliette Vincent, doctorante et Professeure d’EPS1,2

Bernard Andrieu, Directeur de l’I3SP et responsable du parcours APAS Master Staps2

Claire Liné, doctorante et Cadre Infirmière1,2,4

Nounagnon F. Agbangla, Maître de conférence2

Christine Le Page, Maîtresse de conférence2

Emma Manis, Doctorante et Psychologue1,2,5

Jason Leonardo, Doctorant et Enseignant en APA1,2

 

1 ED 566

2 Institut des Sciences du Sport Santé de Paris (I3SP), UFR STAPS de l’Université de Paris

3 Laboratoire Lorrain de Psychologie et Neurosciences de la Dynamique des Comportements (2LPN), département STAPS, UFR SciFA de l’Université de Lorraine 

4 Centre Hospitalo-Universitaire d’Amiens

5 Centre Hospitalier de Saint Denis